\.Noxxl Meurtrier./


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 jeck/n°8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Diva
Admin
avatar

Nombre de messages : 1416
Age : 29
Localisation : Dans mon studio
Date d'inscription : 21/11/2005

MessageSujet: jeck/n°8   Dim 1 Jan - 12:56

le chapitre 1 est le plus long^^


Chapitre 1 : Préavis de vol (problèmes)




Mes pensées me dévorent. Moi, si forte et rêveuse, je sens par instant la douceur de l’anxiété humaine.
Et tout me reconduit à ces jolies nuits d’été ou je m’allongeais sur ce vieux tas de ferrailles avant de m’endormir doucement, enveloppée d’espoir et de haine.
Cette haine éprouvée tant de fois déjà m’animais d’une folie qui s’adressais a celle qui m’avais donnée au froid de l’hiver de mes 1an.
J’ai maintenant 14 ans .Et cela fait déjà 14 ans que je répare des vaisseaux spatiaux ou autres machines sur la planète marchande 3, qui fait partie de la 5ème galaxie lunaire.

Je suis Jack, grande, mince et rousse, abandonnée à sa naissance par une mère indigne et qui travaille maintenant dans un garage de passage tenu par mon tuteur illégal.

Souvent appeler la « Petite Roussette », « la Grande là bas » ou « la Merdeuse », je gagne ma vie en réparant toute sorte de trucs et en me faisant engager pour voler objets de valeur ou autre chose, selon la demande du client.
Avec ces deux métiers, on m’a appris deux choses : fait ce qu’on te demander, sans regardez derrière toi, et de ne pas se mêler de ce qui ne regarde pas.
Contre ces deux conditions, je vis une vie très près de la débauche.
J’aurai du les écouter ce jour la.
Nous sommes pendant le mois de sombre ciel, et on me demande à la réception du garage.
En ouvrant la porte, je vis une silhouette fine et sombre, mais pas assez pour ne pas distinguer l’allure d’un jeune homme .Je m’avance.

Hunk, mon tuteur, m’adresse un signe de tête, signe que l’affaire à me confier doit être délicate et que je dois parler vite, avec dureté .Ce que je fis :
-Vous m’avez demandez ?
L’homme se retourna, étonné
Il m’adressa un murmure :
-Alors c’est vous ? C’est vous la célèbre « Diva » ?
-Oui.
Maintenant, il riait, d’une façon délicate et forte mais non arrogante .Il reprit :
-Je ne veux pas d’échec, tout avec discrétion efficacité .vous vous introduirez au manoir des Syriel au nord de Sjard, ensuite rendez vous dans la seule salle fermé a clé ou vous y trouverez un coffre : ouvrez le et amenez ce que vous y trouverez .compris ?
-Il y a des risques de surveillance de niveaux 3 ?
-Non, il n’y aura rien, mais vous devrez impérativement ne pas passez par la porte principal.
-Je livre le colis ou ?
-A l’hôtel de la ville, vous serez payer 80 900 shulk s’il y a réussite, demander Lucian au barman.
Cette dernière phrase étais sa porte de sortit .je le vit partir par vaisseaux de transport.

Le soir même, je me posait des questions.hunk m’avis bien dit de refuser mais vu la prime en retour du vol, j’ai du mal a me faire une raison : s’il n’y a même pas de sécurité niveaux 3,le bâtiment n’est pas trop sécuriser et facile d’accès .alors pourquoi une somme aussi importante pour un vol si médiocre ?
Mais je n’ai pas hésiter longtemps : j’avais toujours besoin d’argent et ma curiosité me poussait a faire ce vol.

Deux jours plus tard, me voila devant le manoir syriel.c’étais une immense battisse, assez ancienne apparemment .je le connaissais bien, en raison de ma passion pour les voyages : en effet, ce manoir étais un des points de ralliement du réseau transporteur, qui téléporte plusieurs personne de planète en planète.
Pour commencer, je fais le tour du bâtiment, observe les entrer possible et passe au scanner les mur extérieur et central .je remarque une pièce entourer de métal, c’est surment la que je devrais aller.
J’entre par la fenêtre la plus haute, à gauche de la porte principal .elle est ouverte. Etrange, vu qu’il n’y a pas une lumière d’allumer dans la pièce ou elle déboule.
La pièce est sombre, mais on y décerne très clairement des meubles de « l’ancien temps » qui a été terminer vers l’an 3256 avec la découverte des autre galaxie : celle de la lune, de l’étoile blanche ainsi que l’amalexia, lionit, deloli, kazano, sonaka…. Et chaque galaxie possède un e dizaine de planète chacune, parfois plus.
De nos jours, rare son les effet personnel restant des ancien hommes, ce qui veut dire que ce manoir doit être assez riche et puissant.
Mais la même question résonne a mes oreilles : pourquoi n’y a-t-il pas plus de sécurité ?
Cette question ne fut toujours pas résolu quand j’entra dans la pièce renforcer :une grande salle avec seulement un coffre de mauvaise facture au milieu de celle-ci.elle étais bien éclairer par la lune,grâce au plafond qui laissais paraître un beau ciel étoilée en transperçant des plaques de verre.
Le coffre ne possédais qu’une serrure de 25 points, (plus le nombre de points est élever, plus il est difficile de crocheter la serrure)
2 minutes plus tard, la serrure était déverrouillée.
Je l’ouvre, d’une main hésitante, et la, j’ai vu l’objet en question.
Une clé .une clé qui, a son toucher, m’a sembler plein de vérité et de souffrance .deux impression qui composais la magnifique élégance que me procuras le toucher de la mystérieuse clé.
Je suis resté dans une sorte d’admiration et de respect pour la clé pendant quelque minutes, interminable.
Dès que je suis sortit de ce long sommeil, je suis sortit du manoir, avec la clé dans ma poche.

Je doute .c’étais trop facile, pas assez risquer.
Je ne peux pas la donner à cet homme.
Mais si je reviens chez hunk avec elle, ça risque de mal tourner .je ne vois qu’une solution : la seule personne qui ne pourras pas me trahir, c’est kyha, une jeune prêtresse qui m’es redevable, en raison de nombreux service que je lui es rendu.
Je lui ai envoyé le soir même, on ne sait jamais.



J’ai entendu des vibrations, des murmures dans mon sommeil, mais aussi une forte douleur a la tète.
J’ouvre les yeux. J’étouffe un cri de stupeur : je suis dans une cellule, et je ne connais ni les odeurs, ni les couleurs de ces murs gris tachés à certain endroits.
-Ou es ce que je suis ?
-Tu es sur le convoi numéro 1 pour la prison central.
Je n’avais pas vu la personne qui m’a répondu, car elle était cachée dans la pénombre de la cellule. Elle se levât .c’est alors que j’aperçu son visage.
C’étais une jeune fille : des traits fins, des yeux doux, un nez droit. Elle possédait un visage parfait. Habiller d’un costume très serrer et couvrant presque tout son corps ainsi qu’une ceinture en cuir avec des étuis, j’avais deviner pourquoi elle étais là. Ces étuis en forme de dague et d’arme a feu étais vide, signe qu’elle a du tuer des gens .peut être une exécutrice qui a mal tourner ou une tueuse a gage.
Elle m’adressât de nouveaux la parole.
-Alors pourquoi t’es la toi ?
Une question auquel je ne pouvais peut être pas répondre, car je ne vois qu’une seule raison de ma présence : la clé étais beaucoup plus importante que je ne le croyais.
-je sais pas trop…mon truc c’est le vol.
Elle me sourit.
-mon truc a moi, c’est les petites tueries en privé.
Etonner par cette réponse, je ne lui ait plus rien demander.
La serrure était de 60 points et c’était une chance. Ce qui m’avais envoyer ici ne savais pas à qui il avais a faire.
J’avais remarqué un bijou de cheveu en forme de croix de ma colocataire .parfais pour un crochetage facile.
-pourrais tu me prêter une de tes croix ?
Elle ne me répondais pas, au lieu de ça elle agissais : elle détachât délicatement une de ces deux croix accrocher au bout de deux anglaises blonde parfaite et me l’a tendit.
C’étais une croix d’or, peut être pure.
Je l’introduit dans la serrure, et attendais d’entendre trois petits clic a intervalle régulier puis deux plus rapide dès la fin du deuxième, je devrais tirer d’un coup sec sur la porte. E fit un premier essai, puis un deuxième, et le troisième fut fructueux. Cela faisait déjà un quart d’heure que je devais être dessus et je sentais le regard de la jeune fille observé avec amusement mon travail. La porte s’ouvrit avec un grincement aigu. Les couloirs étais sombres, et composer d’environs une cinquantaine de cellule.
Je mit un pied dehors, et commençais déjà a m’élancer vers la sortit quand ma colocataire m’interrompit.
-tu crois vraiment que tu vas pouvoir sortir du vaisseau toute seul ?
-ouais j’ai bien l’intention de me tirer vite fais
-tu sais piloter ? Et tu sais combien il y a de gardes derrière ces portes ?
Elle marquais un points .j’avais très peu d’expérience en matière de pilotage et ce vaisseaux m’étais complètement inconnu .je lui adressa de nouveaux la parole :
-et toi, tu saurais te débrouiller ?
-moi ?non, mais elle, si.
En même temps elle pointa du doigt une des nombreuses cellules .elle continuas
-les gardes parlais d’elle tout a l’heure, quand ils sont passer devant elle .ils ont discuter de nombreux vole de véhicule, aussi bien vaisseaux que voiture : elle doit sûrement savoir piloter se genre d’engins.
Alors je devrais la libérer : es ce bien prudent ?elle pourrais être dangereuse.
J’adressais la parole à la prisonnière :
-hé ! On te libère si tu nous rends un service
Elle se retournât avec étonnement et me demandas d’une voix mi-grave :
-ouais c’est quoi ce service ?
-tu pilote un vaisseaux pour nous sortir de la et on t’emmène avec nous.
-ok .mais c’est moi qui choisi le moyen de locomotion.
Drôle de requête pour une prisonnière, surtout qu’elle avis l’air d’être une « yankee »
-pas de problème.

Après l’avoir libérer, nous nous dirigions vers le garage du vaisseaux, ou nous devrions trouver au moins trois ou quatre petit vaisseaux de secours, car tout gros transport en possédais au cas ou.
Les gardes se faisait plus rare, nous en avons aperçu seulement 5,6 peut être.
Nous traversâmes la salle de contrôle et aperçûmes les petits vaisseaux. Nous étions encore sur nos gardes quand une sirène d’alarme retentit.
-ça viens de la salle d’a coté !cria une voix masculine.
Affolé, maintenant nous courons.
La peur de revoir cette prison sombre me faisait froid dans le dos, et je ne pense pas être la seule.
Comme prévu, la yankee choisi le vaisseaux, et a ma connaissance c’étais le plus rapide de ce qui étais présent.
Je ne voulais pas me retournez .mais je sentais des regard me brûler de derrière.
L’intérieur étais plutôt petit, et apparemment, non légal. La yankee le connaissais bien, et je me suis douter que ça devais être le sien .je lui demandait.
-c’est ton vaisseaux ?
Elle sembla amuser de ma question.
-en effet, ils m’on choper il n’y a pas longtemps et n’on pas eu le temps de le débarquez.
Après un moment de silence, elle adressât la parole a moi et l’autre jeune fille, peu bavarde apparemment.
-moi, c’est rallye, embarquer pour cette foutu prison en raison de vols de véhicule et de course illégal, j’aurais du y rester 8 ou 9 ans, chais pas trop.
Elle souriais, et paraissais très douce et attentionner pour une ex-taularde
La jeune fille se présentât à son tour
-kanako, tueuse a gage et si le nombre d’année a passé la bas est en fonction de mes victimes, je crois que j’y resterai un bon bout de temp.
Rallye éclatas de rire, un rire bruyant et décider, le rire d’une personne forte mentalement.
-t’en a tuer tant que ça ? demanda t’elle.
-pas mal en tout cas. Annonça kanako, l’air gêner.
Elle reprit la parole et me l’adressa
-et toi alors ?
-je me nomme jack, et je suis une terrible cambrioleuse.
je parlais avec fierté, moi, je n’avais pas honte de mon travaille.
Maintenant, nous riions toutes les trois, d’une façon presque synchroniser.
Et c’est peut être la première fois, que je me sentais si bien.

_________________
Le fond de ma pensée se reflete dans mes yeux... Ne me regarde pas comme sa, ou je t'éclate!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nanaandnana.kanak.fr
 
jeck/n°8
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeff Beck : Truth (1968)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
\.Noxxl Meurtrier./ :: ~Flood :: Vos oeuvres-
Sauter vers: